Archives par mot-clé : vulgarisation

Journée d’études : Autorité et Centralité

Le labo junior ERAMA vous convie à sa prochaine journée d’études, consacrée aux rapports d’autorité dans le cadre des relations centre-périphérie. Elle aura lieu le jeudi 3 avril 2014, au Musée Gallo-Romain de Fourvière, à Lyon. Elle intervient également dans le cadre d’un double partenariat avec le Musée de Fourvière et avec l’association Enthèse, autour de notre livret de vulgarisation qui accompagnera une visite du musée en milieu de journée.

 

Voici le programme complet de cette journée :

10h Accueil

10h15 : Clémence Weber-Pallez (ENS de Lyon) : « Argos, l’Argeia et l’Argolide : l’auto­rité comme base de défi­ni­tion d’un ter­ri­toire spa­tial »

10h45 : Jérémy Clément (Université Montpellier 3) : « Le pou­voir séleu­cide à l’épreuve des marges : l’expé­rience poli­ti­que d’Antiochos I Sôter »

11h15 : dis­cus­sion et pause

11h45 : Richard Bouchon (Université Lyon 2) : « Du calen­drier de Larissa au calen­drier commun à tous les Thessaliens IIe-Ier s. av JC : réflexions sur l’auto­rité calen­daire »

12h15 : dis­cus­sion

12h30 : déjeu­ner

14h30 : Visite du musée autour du livret de vul­ga­ri­sa­tion du labo­ra­toire junior ERAMA (avec Jocelyne Soubrier)

15h30 : Jean-Louis Ferrary (EPHE) : « Empereurs, gou­ver­neurs de pro­vin­ces et cités : un pou­voir cen­tral inter­ven­tion­niste, ou essen­tiel­le­ment réac­tif ? »

16h00 : Julie Dalaison (Université Lyon 2) : « Fierté civi­que et iden­ti­tés loca­les. Les cités du Pont et leur mon­nayage à l’époque romaine »

16h30 : dis­cus­sion

17h00 : conclu­sion

Les rela­tions d’auto­rité, quelle que soit l’échelle avec laquelle on les aborde, se défi­nis­sent en fonc­tion des rela­tions entre­te­nues par une source d’auto­rité avec les récep­teurs de cel­le‑ci. L’auto­rité émane donc d’un ou plu­sieurs cen­tres d’impul­sion, sou­vent super­po­sa­bles aux cen­tres de pou­voirs, mais pas néces­sai­re­ment. La plu­part des socié­tés ancien­nes se retrou­vent ainsi dans le modèle de la cité anti­que. Cette concep­tion du centre ne peut se conce­voir sans pren­dre en compte les rela­tions entre­te­nues avec les ter­ri­toi­res cons­ti­tu­tifs de cette cité, fédé­ra­tion ou empire. Ces péri­phé­ries se défi­nis­sent pour une large part en fonc­tion de leur centre d’auto­rité. L’enjeu de cette jour­née d’étude est de s’inter­ro­ger sur les moda­li­tés des rap­ports d’auto­rité exis­tant entre les cen­tres et leurs péri­phé­ries, à dif­fé­ren­tes échelles. Dans quelle mesure le centre don­ne‑t‑il l’impul­sion, et com­ment les péri­phé­ries per­çoi­vent‑el­les et accep­tent‑el­les ou non l’auto­rité cen­trale ?

Il convien­dra de s’inter­ro­ger sur la manière dont une auto­rité cen­trale étend son influence vers ses péri­phé­ries, sur les moda­li­tés d’exis­tence de cette auto­rité sur les autres : celle de la cité – grec­que ou romaine – sur son ter­ri­toire, celle de la métro­pole sur ses colo­nies, celle de l’État sur ses pro­vin­ces. Inversement quelle est l’effi­cience de l’auto­rité cen­trale du point de vue de la péri­phé­rie ? Existe‑t‑il une sur­vi­vance, une résis­tance, une coexis­tence d’auto­ri­tés loca­les ? Et pour­quoi émergent‑elles ponc­tuel­le­ment ? Se pose ici la ques­tion de l’iden­tité cultu­relle dans l’Antiquité.

Enfin, des cen­tres d’auto­rité exis­tent en dehors d’un réseau poli­ti­que défini, comme c’est le cas, par exem­ple, de Delphes en Grèce. Quels sont ces cen­tres du monde anti­que et quelle place occu­pent‑ils dans la vision du monde des Anciens ?

 

Venez nombreux !

 

Le labo junior ERAMA

Vulgarisation et partenariat avec un musée : bilan

Prenant acte d’un passage de l’appel d’offre de l’ENS de Lyon pour la création de laboratoires juniors (« L’interdisciplinarité et les actions de vulgarisation seront des  éléments forts de l’appréciation du projet. »), quelques membres de l’équipe se sont emparés de l’occasion pour présenter et défendre un projet de vulgarisation et de partenariat avec le Musée gallo-romain de Fourvière.

Nous proposions principalement un livret d’aide à la visite, qui tirerait partie des résultats des journées d’étude du laboratoire, et, dans l’autre sens de la collaboration, la tenue d’une journée d’étude dans les locaux du musée. C’est du premier point qu’il sera question dans ce billet ; le second est encore à venir.

——————

Contact pris avec le musée en mars 2013 ; enthousiasme pour notre proposition, qui correspondrait à un manque de leur côté : le service médiation ne disposait pas, en effet, de support de visite pour les familles avec enfants visitant sans guide. C’est ce public que le musée nous propose de viser, avec la perspective des Journées européennes du patrimoine (JEP) de septembre 2013, où ce type de public afflue justement dans les musées et monuments.

Malgré le manque de disponibilité des membres de l’équipe vulgarisation pendant l’été (chantiers de fouilles, séjours de recherche, etc.), nous aboutissons fin août à un livret de visite de 16 pages, comprenant différentes sections, avec textes, images et jeux. Soumis au musée, il se révèlera trop ambitieux pour le public visé, car « les gens ne lisent plus, ne savent plus rien ».

——————

 C’est à ce moment qu’apparaît une distinction que personne n’avait faite jusque là, ni au sein du laboratoire junior, ni au musée : ce que nous propositions était une action de vulgarisation, c’est-à-dire la mise à disposition du plus grand nombre (du latin vulgus, la foule) des résultats de nos recherches ; mais ce qu’attendait le musée était des travaux de médiation, c’est-à-dire des supports conçus pour que le visiteur regarde et découvre la pièce du musée précisément. Dans le premier cas, on part de résultats de recherche pour aller vers les pièces de la collection du musée ; dans le second, on part de la pièce du musée pour essayer de faire apparaître des éléments de la connaissance de l’Antiquité.

——————

 Une méprise qui n’avait donc pas facilité le travail ! Le partenariat s’est conclu dans la réalisation, en plus du livret de visite, de 7 fiches de médiation à partir des pièces du musée, qui furent présentées en off lors des JEP des 14-15 septembre 2013. Vous trouverez ces documents ainsi que quelques explications complémentaires à la visite sur ce billet.

——————

Malgré tout, cette expérience fut formatrice et intéressante pour l’équipe qui s’en est chargée, et à plus d’un titre : plan_lyon_brochure_3_dernier

  • Nous avons eu un aperçu de ce que peut être un partenariat avec une structure extérieure, ici une structure culturelle. Les enseignants et les chercheurs ont souvent l’occasion, au cours de leur carrière, de mener ce type de collaboration et sont souvent sollicités par ces structures. Elles ont un fonctionnement propre et des attentes précises, qui ne sont pas toujours celles que l’on croit.
  • Nous avons été confronté au problème du temps et des moyens pour mettre en œuvre ce projet de livret : un travail d’équipe demande un peu plus de temps qu’un travail en solitaire, même si une équipe fera avancer certains choses plus vite. À ce titre, les autres participants au projet se sont montrés particulièrement vifs et efficaces dans leurs choix et leurs propositions, ce qui nous a permis de tenir les temps. De l’autre côté, nos propositions devaient passer au crible de différents services du musée, et en dernier lieu du Conservateur lui-même, car rien ne peut être diffusé par le musée sans son accord.
  • Nous avons appréhendé la difficulté de réaliser un projet qui semble pertinent et cohérent sur le papier. Pour ce livret plus particulièrement, il s’est agi d’essayer de retrouver une cohérence entre les actions du laboratoire junior (qui ne concerne pas que le monde romain et Lugdunum) et les pièces du musée, qui sont elles aussi tributaires d’une organisation parfois incohérente. Construire un livret de visite supposait de suivre le chemin de visite traditionnelle ; mais cela n’était pas sans poser de problème pour certaines problématiques de notre livret.
  • Nous sommes toujours autant convaincus de la nécessité de vulgariser et diffuser notre recherche et sommes impatients, dans un avenir plus ou moins proche, de mener d’autres projets avec d’autres types de structure. Et cela d’autant plus que le public, au moment de la visite, semblait ravi de trouvait un medium pour organiser sa visite.

Enfin, nous remercions plus particulièrement Gwenaëlle, Anahide, Claire et Jérôme pour leur implication dans ce travail finalement couronné de succès.

Thomas Bardin et Nicolas Genis

Poursuite de la visite au musée gallo-romain de Fourvière

L’équipe en charge du volet vulgarisation du laboratoire ERAMA a réalisé une série de documents d’accompagnement à la visite des collections du Musée gallo-romain de Fourvière à Lyon.Logo_MGR_Fourviere

En partant d’une thématique conductrice des activités du laboratoire, à savoir la question de l’autorité dans l’Antiquité, nous avons orienté les documents sur les caractéristiques de Lyon en tant que capitale provinciale dans l’Empire romain. Il s’agit de partir de l’observation des objets et documents exposés au musée pour mettre en relief dans quelle mesure ils illustrent cet aspect particulier de Lugdunum.

Une série de fiches d’accompagnement à la visite, à destination du jeune public et des familles, propose, sous la forme d’activités ludiques, de découvrir et de comprendre quelques pièces maitresses de la collection. Ces fiches ont été mises à disposition du public pour la première fois à l’occasion des journées européennes du patrimoine (14 et 15 septembre 2013), et sont disponibles à la demande auprès des équipes d’accueil du musée. (Tous les documents sont téléchargeables en PDF en cliquant sur le lien)

Un livret de visite pédagogique reprend ces thématiques en les développant, et s’adresse à un public encadré, en particulier les élèves et leurs enseignants. Il propose un cheminement qui suit le parcours de visite, tel qu’il est proposé dans les salles du musée, sans prétendre être exhaustif. Le visiteur est amené à reconnaître ce qui fait de Lyon une ville à part dans l’Empire romain, son statut de capitale provinciale, et ses caractéristiques.

  • La fondation de Lugdunum
    • Une fondation militaire
    • Un site stratégique
    • Naissance d’une capitale
    • La ville au IIe s.
  • Le siège du gouverneur
    • Le prétoire d’Agrippa
  • Le sanctuaire fédéral
    • L’autel du sanctuaire
    • L’amphithéâtre
    • La table claudienne ; pour aller plus loin, une vidéo présentant les recherches sur la fabrication de la table.
  • Les services administratifs
    • Les notables locaux
    • L’atelier monétaire
    • La garnison
  • Loisirs et spectacles
    • Les lieux de spectacles
    • La mosaïque du cirque.

——————

L’ambition du projet est de diffuser les résultats de la recherche sur cette question de l’autorité dans l’Antiquité, par le biais des collections du musée, sous une forme aussi exacte et concise que possible en fonction du public ciblé. La connaissance de l’histoire et du rôle de Lyon dans l’Empire romain est en effet sans cesse renouvelée ou précisée grâce aux travaux des chercheurs et par le croisement de leurs spécialités. L’interdisciplinarité comme moteur de la recherche scientifique est en effet une démarche sur laquelle s’appuient les travaux du laboratoire, et c’est la raison pour laquelle plusieurs champs d’étude ont été traités dans ces documents : histoire, archéologie, épigraphie (étude des inscriptions), numismatique (étude des monnaies)…

Gageons que ces supports accompagneront les visites du plus grand nombre et satisferont le plaisir d’apprendre de chacun.

Les membres du laboratoire ERAMA remercient chaleureusement les équipes du service culturel du musée, pour leur accompagnement et leur confiance dans la mise en œuvre de ce projet.

Bonne visite à tous !

Un futur outil prosopographique en ligne

Me trouvant en séjour d’études à Londes, j’ai eu hier l’occasion d’assister, lors du séminaire des Digital classicists, à la présentation par Maggie Robb (King’s College) d’un projet extrêmement intéressant de digitalisation de la prosopographie de la République romaine (le titre de sa communication était « Digitising the Prosopography of Roman Republic »). Outre l’intérêt de ce (futur) outil pour tous ceux qui étudient cette période (c’était la toute première présentation de ce projet qui, si j’ai bien compris, est en attente de financement), la discussion a suscité des questions qui ne sont pas sans rapports avec nos problématiques de recherche. J’en profite pour faire un petit compte-rendu de l’intervention.

Maggie Robb a commencé par retracer brièvement l’histoire de la prosopographie comme discipline. Elle fut d’abord au cœur de l’étude de la République romaine et en particulier de la Real Encyclopaedia (ci-après RE, qui fait toujours autorité), ce qui permit notamment, par l’identification de chaque personnage de l’histoire antique, l’étude des alliances aristocratiques et des familles dirigeantes. Après cette entreprise monumentale les études prosopographiques se sont focalisés sur des groupes particuliers (par exemple l’ordre équestre pour Claude Nicolet). La prosopographie est aujourd’hui passée de mode (en tout cas dans les pays anglo-saxons, je ne sais pas ce qu’il en est dans nos contrées), ayant été assimilée (je cite de mémoire) à l’étude des oncles, tantes et cousins. L’ambition de ce projet est de redonner à la prosopographie sa place dans l’étude de la République, grâce aux outils numériques qui permettent de traiter une grande quantité de données, ce qu’il était impossible d’envisager jusque là (d’où la focalisation sur des études partielles).

Le but est de créer une base de données permettant d’étudier, non plus seulement les structures internes des classes dirigeantes de la République comme cela a été le cas par le passé, mais de mettre en évidence les liens entre les « classes » sénatoriales et équestres, pour voir justement si ce sont des classes, et aussi de parler des femmes dans les relations familiales (liste non exhaustive), le tout par une comparaison des sources épigraphiques et littéraires, des sources contemporaines des personnages envisagés comme des sources plus tardives. La base devrait comprendre environ 3500 personnes.

Quant à la forme, la base de données devrait ressembler à celle de la Prosopography of the Byzantine world ou à la Prosopography of Anglo-Saxon England ; en tout cas Maggie Robb a insisté sur le fait qu’il ne s’agit pas d’une simple numérisation de l’ouvrage anglais de référence sur la question, mais d’un croisement des sources; la base serait ensuite interrogeables par famille, magistrature, date, relations, référence des sources primaires.

Elle a présenté un exemple portant sur les magistrats dont les dates d’exercice sont certaines, qui permettait de savoir, par exemple, quels tribuns avaient été consuls, ou quelles familles ont eu des consuls avant et après la guerre sociale, ou seulement après… rien que dans ces exemples préliminaires, et malgré le fait qu’il faut tempérer les résultats en fonction de la quantité de sources disponibles pour chaque période, il y a la possibilité d’exploiter une telle base de façon très intéressante.

Pour en venir à l’autorité… une des questions soulevées par la discussion a été la numérotation des personnages, qui pour l’instant est toujours celle de la RE. Je vous passe les détails d’encodage des chiffres, mais il a été demandé s’il fallait continuer à suivre cette numérotation. Il n’a pas été question, étant donné son enracinement dans les études classiques, de la supprimer de la base, mais comme le projet se veut dirigé non seulement vers le public académique, mais aussi vers un public plus large (si j’ai bien compris, cela incluait au premier chef les professeurs et les étudiants des « high schools », équivalents de notre lycée), la question a été posée de savoir si cette manière de référencer ne serait pas un repoussoir pour ce « grand public ». Il me semble, qu’une explication quelque part sur une page du site suffirait pour clarifier les choses, (d’autant que l’on trouve dans Wikisource un certain nombre de notices de la RE) d’autant que le « grand public » n’ira peut-être pas vérifier dans la RE… (la mode est visiblement, au Royaume-Uni, à la vulgarisation scientifique qui est une condition obligatoire des dossiers de demande de financement… un peu comme l’interdisciplinarité chez nous). En tout cas j’espère que l’on trouvera en clair la numérotation de la RE, notamment parce que le projet ne se veut pas exhaustif et qu’il ne pourra donc pas remplacer la somme allemande.

Toujours en ce qui concerne le rapport du projet avec les autorités précédentes dans le domaine, l’objectif n’est (malheureusement) pas de produire une sorte de nouvelle Real Encyclopaedie. C’est là qu’intervient l’épineuse question de la définition du corpus, qui a formé une part importante de la discussion, notamment autour de la place des femmes. Le critère d’entrée d’un personnage est le fait qu’il a exercé une magistrature. À ce titre, il y a des femmes, par exemple les vestales. Mais la plupart des femmes n’entrent pas dans cette catégorie, alors mêmes qu’elles sont importantes pour comprendre les liens familiaux – des études précédentes se sont focalisées, d’après la présentation, sur les lignées masculines dans les généalogies, ce qui laisse de côté une bonne partie des relations familiales d’une personne… faut-il donc les intégrer simplement comme « femmes de » ou « filles de » ? Une personne dans l’assistance trouvait que cela minorait l’aspect présenté comme original du projet concernant l’étude du rôle des femmes.

Par là, c’est le grand et inéluctable problème de la définition du corpus qui se pose. En ce qui me concerne, j’étais venue (sans avoir lu l’abstract) en espérant que les affranchis, et pourquoi par les esclaves, seraient inclus dans la base comme ils le sont dans la RE, puisque les grammairiens dont je m’occupe font partie, sauf les deux chevaliers Aelius Stilo et Servius Clodius, de ces catégories sociales. On pourrait arguer qu’ils ont leur place dans une histoire de l’élite, non pas à travers les mariages comme les femmes, mais à travers les ventes, les prêts, les passages d’un patron à un autre ; et leur place dans l’histoire de l’élite intellectuelle n’est pas négligeable. La même question se pose pour des gens pourtant importants comme Polybe, qui n’a pas exercé de magistratures (que les historiens me corrigent si je me trompe), et qui à ce titre ne peut pas entrer dans le corpus (ou alors il faut penser aux limites extrêmes de cette catégorie et considérablement agrandir le corpus, ce qui peut poser un problème de cohérence). Le problème est, comme souvent aussi, financier, puisqu’il s’agit d’un projet sur trois ans, donc avec un corpus qui, au moins dans un premier temps, se doit d’être assez réduit pour pouvoir être traité dans le temps imparti.

Pour revenir au rapport avec les autorités précédentes en la matière, quelqu’un a fait remarquer que les identifications étaient souvent conjecturales, et qu’il faudrait donc attribuer ces conjectures de façon précise. Vérifier toutes les conjecture s’avère un objectif trop titanesque pour être atteint dans un laps de temps si court, mais cette attribution permettra de les rendre plus facilement contestables – ce qui est aussi une façon de faire autorité, puisqu’une des caractéristiques de l’hypothèse scientifique est, si je me souviens de mes déjà lointains cours de philosophie, sa réfutabilité.

J’espère que ce nouvel outil recevra son financement, et qu’il pourra devenir un instrument de référence dans un délai raisonnable… la conférence a été enregistrée et devrait être disponible sous peu sur le site des digital classicists, à la page du programme 2012 (où l’on peut écouter les conférences passées).

Julie Damaggio

Doctorante de l'Université Paris-Sorbonne, prépare une thèse d'édition des fragments d'Aelius Stilo et enseigne dans un collège de l'Isère ; co-rédactrice en chef du carnet Grammaticalia.

More Posts - Website