Archives par mot-clé : Rome

Journée d’études : Autorité et Centralité

Le labo junior ERAMA vous convie à sa prochaine journée d’études, consacrée aux rapports d’autorité dans le cadre des relations centre-périphérie. Elle aura lieu le jeudi 3 avril 2014, au Musée Gallo-Romain de Fourvière, à Lyon. Elle intervient également dans le cadre d’un double partenariat avec le Musée de Fourvière et avec l’association Enthèse, autour de notre livret de vulgarisation qui accompagnera une visite du musée en milieu de journée.

 

Voici le programme complet de cette journée :

10h Accueil

10h15 : Clémence Weber-Pallez (ENS de Lyon) : « Argos, l’Argeia et l’Argolide : l’auto­rité comme base de défi­ni­tion d’un ter­ri­toire spa­tial »

10h45 : Jérémy Clément (Université Montpellier 3) : « Le pou­voir séleu­cide à l’épreuve des marges : l’expé­rience poli­ti­que d’Antiochos I Sôter »

11h15 : dis­cus­sion et pause

11h45 : Richard Bouchon (Université Lyon 2) : « Du calen­drier de Larissa au calen­drier commun à tous les Thessaliens IIe-Ier s. av JC : réflexions sur l’auto­rité calen­daire »

12h15 : dis­cus­sion

12h30 : déjeu­ner

14h30 : Visite du musée autour du livret de vul­ga­ri­sa­tion du labo­ra­toire junior ERAMA (avec Jocelyne Soubrier)

15h30 : Jean-Louis Ferrary (EPHE) : « Empereurs, gou­ver­neurs de pro­vin­ces et cités : un pou­voir cen­tral inter­ven­tion­niste, ou essen­tiel­le­ment réac­tif ? »

16h00 : Julie Dalaison (Université Lyon 2) : « Fierté civi­que et iden­ti­tés loca­les. Les cités du Pont et leur mon­nayage à l’époque romaine »

16h30 : dis­cus­sion

17h00 : conclu­sion

Les rela­tions d’auto­rité, quelle que soit l’échelle avec laquelle on les aborde, se défi­nis­sent en fonc­tion des rela­tions entre­te­nues par une source d’auto­rité avec les récep­teurs de cel­le‑ci. L’auto­rité émane donc d’un ou plu­sieurs cen­tres d’impul­sion, sou­vent super­po­sa­bles aux cen­tres de pou­voirs, mais pas néces­sai­re­ment. La plu­part des socié­tés ancien­nes se retrou­vent ainsi dans le modèle de la cité anti­que. Cette concep­tion du centre ne peut se conce­voir sans pren­dre en compte les rela­tions entre­te­nues avec les ter­ri­toi­res cons­ti­tu­tifs de cette cité, fédé­ra­tion ou empire. Ces péri­phé­ries se défi­nis­sent pour une large part en fonc­tion de leur centre d’auto­rité. L’enjeu de cette jour­née d’étude est de s’inter­ro­ger sur les moda­li­tés des rap­ports d’auto­rité exis­tant entre les cen­tres et leurs péri­phé­ries, à dif­fé­ren­tes échelles. Dans quelle mesure le centre don­ne‑t‑il l’impul­sion, et com­ment les péri­phé­ries per­çoi­vent‑el­les et accep­tent‑el­les ou non l’auto­rité cen­trale ?

Il convien­dra de s’inter­ro­ger sur la manière dont une auto­rité cen­trale étend son influence vers ses péri­phé­ries, sur les moda­li­tés d’exis­tence de cette auto­rité sur les autres : celle de la cité – grec­que ou romaine – sur son ter­ri­toire, celle de la métro­pole sur ses colo­nies, celle de l’État sur ses pro­vin­ces. Inversement quelle est l’effi­cience de l’auto­rité cen­trale du point de vue de la péri­phé­rie ? Existe‑t‑il une sur­vi­vance, une résis­tance, une coexis­tence d’auto­ri­tés loca­les ? Et pour­quoi émergent‑elles ponc­tuel­le­ment ? Se pose ici la ques­tion de l’iden­tité cultu­relle dans l’Antiquité.

Enfin, des cen­tres d’auto­rité exis­tent en dehors d’un réseau poli­ti­que défini, comme c’est le cas, par exem­ple, de Delphes en Grèce. Quels sont ces cen­tres du monde anti­que et quelle place occu­pent‑ils dans la vision du monde des Anciens ?

 

Venez nombreux !

 

Le labo junior ERAMA

Le prestige politique à Rome : de l’auctoritas patricienne au prince augustus

Les 12,13 et 14 juin 2013  à Paris, s’est tenu le 10eme congrès de ma MAE (Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie) dont le thème était : « Le prestige : autour des formes de la différenciation sociale »

 Une intervention1 lors de ce colloque m’a semblé recouper plusieurs des problématiques qui nous intéressent, celle de Jean François Thomas, intitulée : « Le prestige politique à Rome : de l’auctoritas patricienne au prince augustus ».

 Jean-François Thomas, est professeur de grammaire et de philologie latine à l’université Paul Valéry Montpellier III. Auteur notamment d’un ouvrage intitulé Gloria et laus : étude sémantique (Peeters, Louvain, 2002), il participe également au projet de l’université Paris IV Sorbonne d’un dictionnaire historique et linguistique du latin, élaborant particulièrement les notice des termes gloria, laus celeber, superbus.Il a également publié plusieurs articles sur des questions qui nous occupent : “Sur le champ lexical du pouvoir en latin” (Vita Latina, n° 185-186, 2012, pp. 237-249), “Les regards sur la gloire personnelle à Rome”, (dans La fabrique du regard, M.-F. Badie, M.-C. Heck, Ph. Monbrun éds., Paris, Michel Houdiard Éditeur, 2011, pp. 116-124) et “La représentation de la gloire dans le De Catilianae coniuratione de Salluste”, (dans Vita Latina, n° 175 de déc. 2006, pp. 89-103).

 Jean -François Thomas prend pour départ de sa réflexion la question suivante : Sur quelle base est-il légitime d’affirmer son prestige et à partir de quand est-ce une chose négative ? Sa réflexion porte moins sur un prestige collectif que sur le prestige personnel du général et du magistrat. Il se place dans une réflexion à la fois philologique et historique, et dans la période du IIIeme au I er siècle avant J.C.

 Il organise son intervention en trois parties, se penchant d’abord sur le vocabulaire attaché au prestige, puis sur les pratiques de la valorisation personnelle, et enfin sur l’impact de la richesse dans la constitution de ce prestige.

Son analyse porte tout d’abord sur trois mots attachés au prestige :

  • maiestas, tirant son origine étymologique de magnus (grand), exprime la propriété de grandeur, une propriété définitoire et intrinsèque. Elle désigne le prestige inhérent au magistrat, et qui devrait leur attirer un respect attendu.

[Jean-François Thomas cite plusieurs textes, mais nous n’avons hélas pas l’exemplier sous les yeux]

  • gloria : recouvre aussi l’idée d’une prééminence, d’une notoriété en ce qu’elle est étendue et intense. Mais, si le terme de maiestas est toujours marqué positivement, celui de gloria peut-être négatif s’il est lié à l’ambition personnelle. Cette distinction profonde entre les deux termes parcourt l’emploi du mot gloire. La gloire, quand elle bien acquise, est désignée par un mot qui ne peut avoir qu’un sens positif : laus (louange, mérite, gloire)

  • auctoritas : dont la traduction française par autorité autorité semble insuffisante. Ce mot tire son origine du verbe augere (faire s’accroître). De même l’auctor est le garant d’un contrat. Elle désigne une capacité à favoriser la réalisation d’une entreprise. Ce mot est lié aux magistrats qui possèdent l’auspicium (dignité d’augure), désignant en quelque sorte celui qui a un ascendant, qui permet que ce qui n’existe pas existe (ce qui le lie par là au surnaturel) . Mais ce mot s’emploie aussi pour désigner le prestige attaché à une personne qui permet de faire bouger les choses par rapport à ce qu’elles étaient à l’origine. Ce qui lie ce terme à celui de fides : il y a continuité entre garantie de l’auctor dans le contrat et prestige de l’auctoritas qui, parce qu’elle fait avancer les choses, provoque la fides

     Il ny ‘a donc pas d’équivalent au français « prestige ». Si le prestige personnel est reconnu il se manifeste surtout par des pratiques sociales

 On remarque un fort changement, durant la période qui nous intéresse, pour ce qui est de l’établissement de la légitimité du prestige. La gloria maiorum , touchant une communauté, peut être, quoique collective, lieu d’affirmation d’un prestige personnel (ainsi Scipion l’Africain dépasse-t-il la gloire de ses pères, quoiqu’il ait à l’origine un capital collectif). Ces êtres ne sont pas seulement membres d’une famille, mais possèdent une prééminence supérieure (par exemple par leur conquêtes). La philosophie pythagoricienne, en vogue à l’époque, renforce ce phénomène, en introduisant le concept d’immortalité de l’âme, privilège individuel qui s’ajoute à la pérennité dans mémoire des hommes.

Autre point marquant de cette période, le personnage de l’homo nouus, qui, n’étant pas seulement  inédit, entré tout récemment dans carrière des honneurs, incarne aussi une rupture radicale qui s’oppose à la continuité de la gloria maiorum. Ces individus sont felix  c’est à dire heureux, prospères, artisans d’une réussite affirmée, évidente, réalisant la bonne fortune de l’individu « marqué » par les dieux.

Enfin, à cette période, le cas d’Auguste est révélateur : il a la gloire, mais le mot gloria ne lui est pas appliqué. Il se désolidarise de la gloria comme ambition et se présente comme un homme réservé et simple, s’inscrivant dans la conitinuité de la figure d’Énée (de même qu’Énée reçoit un vêtement tissé par Didon, Auguste choisit de se vêtir de vêtements tissés par Livie). Le Princeps est celui qui prend le premier la parole, tient le premier rôle. Mais le terme de princeps n’est pas indifférent : il signifie qu’il y a d’autres personnes qui participent au pouvoir. Si lui est le premier, il n’est pas superbus (au dessus de). Le terme d’Augustus fait lui référence à fonction de l’augure  et signifie que le Prince possède la grâce divine, donnant aux Romains le bonheur. Le Prince vient illustrer la nouvelle forme de prestige, loin de l’ambition, basé sur une autorité naturelle, qui fait bouger les choses, un ascendant.

 Bien des choses fondent le prestige  mais notre orateur choisir de centrer son propos sur la richesse. L’impact de la richesse connaît une limite : le censeur, avant de donner accession aux classes des sénateurs et des chevaliers, en effet, évalue la richesse et note la conduite, certains métiers étant infamants. La richesse se trouve encadrée par la valeur morale. Personne ne peut devenir sénateur s’il n’a pas assez d’argent, mais on vérifie autre chose. Au dernier siècle de la République, cela reste important, mais il ne faut pas seulement donner de l’argent à des clients mais à des tribus entières. Mais il y a toujours ambiguïté du rôle de la richesse, avec les nombreuses lois sur la brigue et le luxe. Au début de l’Empire les lois somptuaires ont une autre vocation : calmer les dépenses des sénateurs pour qu’ils puissent maintenir leur rang (car leur rôle politique est alors moins marqué)

 Ainsi, si le prestige a une réalité évidente, il n’existe pas en soi. Il est une relation entre le corps social et ce que celui-ci considère comme son élite politique. Cette relation évolue, car la reconnaissance personnelle du prestige s’affirme de plus en plus, et Auguste en joue. La richesse joue un rôle important, elle est à la fois une condition et un moyen.

De fait, le prestige a un caractère d’évidence, mais en fait il se construit par une représentation que la société a d’elle-même, en intégrant des représentations philosophiques.

La recherche de la prééminence fait évoluer le système politique, et le Principat change la légitimité du prestige notamment du point de vue de la richesse.

Les questions suivant le débat ont porté sur les points suivants.

  •  le mot maiestas est-il davantage utilisé pour désigner une personne ou une institution/fonction ? Il a été répondu que le terme maiestas est surtout utilisé pour désigner le prestige personnel attaché à une fonction plus que pour désigner un pouvoir personnel . Gloria  est davantage utilisé pour les individus.

  • Une remarque a été faite sur l’utilisation du mot de maiestas dans le vocabulaire artistique. A partir du IIeme siècle avant J.C, l’on va utiliser ces termes pour exprimer le prestige et la valeur de la statue divine au contraire de la statue humaine.

1Ci-dessous, lien vers l’intervention filmée dans son intégralité

mas-le-prestige-politique-a-rome-de-l-auctoritas-patricienne-au-prince-augustus/