Archives par mot-clé : langue

23 janvier 2014, Langue et autorité : du choix à la norme

Nous vous invitons à venir assister à notre prochaine journée d’études, consacrée aux liens entre langue et autorité, qui aura lieu le jeudi 23 janvier 2014 à l’ENS de Lyon, Site Buisson (IFE), salle de réunion n°2.

Programme

Matinée – 10h30-12h30

10h30 Accueil

10h45 Introduction

11h : Isabelle Boehm (Lyon 2), « Le grec d’Hippocrate dans le glossaire de Galien »

11h40 : Alessandra Rolle (Université de Lausanne) : « Un modèle anti-grec pour l’éloquence latine chez Sénèque le Père ? »

Après-midi – 14h-17h

14h : Jean-Luc Fournet (EPHE) : « Langues parlées et écrites dans l’Alexandrie hellénistique »

14h40 : Jérôme Bastick (ENS de Lyon), « Autorité du nom et noms d’autorité dans les romans grecs et byzantins »

15h20 Pause

15h30 : Nicolas Redoutey (Lyon 2) : « Autorité linguistique et autorité juridique dans les tablettes financières de Murécine (Ier siècle) »

16h10 : Alexandra Kozak (Lyon 2): « Vestiges de la langue populaire grecque dans certains hapax homériques »

Problématiques

Dans un espace mul­ti­cultu­rel comme celui de l’Antiquité, la diver­sité lin­guis­ti­que est une réa­lité de tous les jours. Parce qu’elles sont dotées d’une lit­té­ra­ture ou parce qu’elles sont asso­ciées au pou­voir poli­ti­que, cer­tai­nes lan­gues ont pu pren­dre de l’impor­tance par rap­port à d’autres, qui véhi­cu­laient leurs pro­pres tra­di­tions. Les lan­gues de l’Antiquité, de plus, connais­saient une codi­fi­ca­tion dif­fé­rente de nos lan­gues moder­nes : si tout locu­teur peut avoir cons­cience de la régu­la­rité (ou de l’irré­gu­la­rité) d’un mot, les Anciens dis­po­saient d’outils (dic­tion­nai­res, gram­mai­res) dif­fé­rents des outils moder­nes.

Ainsi nous pour­rons étudier dans un pre­mier temps la ques­tion du choix de la langue : quel est le sens poli­ti­que d’un tel choix, dans les rap­ports entre une métro­pole et sa colo­nie, ou entre Rome et son Empire ? Quel est le sens lit­té­raire du choix d’une langue ou d’un dia­lecte carac­té­ris­ti­que (ou non) d’un genre lit­té­raire par­ti­cu­lier ? Choisir une langue, est‑ce accep­ter une tra­di­tion qui lui est asso­ciée, ou bien au contraire s’en démar­quer ? Ces ques­tions se posent à la fois pour des textes quo­ti­diens (épigraphiques), lit­té­rai­res (l’his­toire étant com­prise sous ce terme), scien­ti­fi­ques ou encore juri­di­ques, ce qui per­met­tra de faire dia­lo­guer dif­fé­ren­tes appro­ches, époques et cultu­res.

Nous en vien­drons ensuite à la ques­tion de la norme de la langue. L’asser­tion d’une norme lin­guis­ti­que, si elle paraît au pre­mier abord répon­dre à une ques­tion pure­ment pra­ti­que (quel texte d’Homère éditer ? quelle forme uti­li­ser plutôt que telle autre ?), impli­que dans les faits de choi­sir des auto­ri­tés en matière de lan­gage, ce qui met en jeu des rap­ports de force cultu­rels et poli­ti­ques com­plexes, tels que les débats entre « atti­cis­tes » et « asia­nis­tes », ou les ques­tions de l’Ἑλληνισμός (hel­le­nis­mos) en Grèce et de la Latinitas à Rome.