Archives par mot-clé : femmes

Genre et autorité, 15 novembre 2012

La deuxième journée d’études d’ERAMA aura lieu le jeudi 15 novembre 2012 à partir de 9h30.

Alors que le prisme du genre, c’est-à-dire de l’« ensemble des assignations socialement construites à partir de l’identité sexuelle »  , se trouve aujourd’hui légitimement établi dans les études d’histoire contemporaine et en sociologie, les recherches antiques ont encore quelques difficultés à utiliser ce nouveau paradigme pour comprendre les spécificités des mondes anciens. Cependant, quelques études, souvent récentes, ouvrent la voie pour mettre en avant l’affirmation d’une identité sexuée construite, particulièrement dans les sociétés grecque et latine.

Cette journée d’études se propose donc de s’interroger sur un lien possible entre genre et autorité : l’identité sexuelle ainsi créée a-t-elle pour intention de permettre aux détenteurs de cette identité de se poser comme figures d’autorité face à un « sexe faible » (ce qui apparaît en droit romain sous l’expression d’infirmitas sexus, M. Bretin-Chabrol) ? Inversement, l’autorité permet-elle à un sexe de se définir plus précisément, en se définissant en creux de l’autre et s’exprime-t-elle ainsi dans les comportements (les parures des princesses celtiques pour H. Duchamp)? Il s’agira également de percevoir les comportements originaux de ces sociétés antiques, à travers l’étude de figures qui transcendent cette construction genrée (comme Séréna, V. Goncalves). Enfin, dans le domaine littéraire, la place des femmes peut-elle être utilisée dans la légitimation d’un genre en manque de reconnaissance comme le roman à l’époque impériale (R. Brethes) ?

Nous nous sommes associés à l’ARGU, atelier lyonnais de l’association Efigies, pour organiser une journée complète sur la question du genre dans l’Antiquité.

Axe 1 : Genre et autorité dans les mondes anciens

ENS de Lyon, site Descartes, salle F08

9h30-10h Accueil

10h Introduction

10h15 : Pauline Rameau (professeur dans le secondaire, Dijon), « Écrire l’histoire au prisme du genre »

10h45 : M. Bretin-Chabrol (MCF Lyon 3), « L’argument du sexe faible : quelques remarques sur la notion d’infirmitas sexus en droit romain »

11h30 : V. Goncalves (doctorant Lyon 3, membre d’ERAMA), « Serena, regina aut augusta ? Étude d’une autorité féminine au début du Ve siècle ap. JC. »

12h15 Pause déjeuner

14h : R. Brethes (professeur en classes préparatoires, lycée Janson de Sailly), « Le genre au service du genre. Quelle autorité pour les femmes dans le roman grec ? »

14h45 : H. Duchamp (doctorante Lyon 2), « la parure, expression de l’autorité des princesses celtiques de l’âge du fer »

15h30-16h30 Pause café et départ pour l’ISH

Axe 2 : les Femmes dans l’Antiquité

 ISH, Centre Berthelot, Amphithéâtre J. Moulin

17h Introduction

17h15 Anthony Favier (Doctorant, LAHRA) : « Les théories du genre : polémiques et controverses »

17h45 Pierre Diouf (doctorant Lyon 2), « Dans le culte d’Asclépios, le désir d’enfant, une affaire de femmes ? Étude à travers les inscriptions votives du monde grec de l’époque classique à l’époque hellénistique. »

18h30 Marie Viallet (doctorante Lyon 2), « Femmes de lettres à l’époque républicaine »

Un futur outil prosopographique en ligne

Me trouvant en séjour d’études à Londes, j’ai eu hier l’occasion d’assister, lors du séminaire des Digital classicists, à la présentation par Maggie Robb (King’s College) d’un projet extrêmement intéressant de digitalisation de la prosopographie de la République romaine (le titre de sa communication était « Digitising the Prosopography of Roman Republic »). Outre l’intérêt de ce (futur) outil pour tous ceux qui étudient cette période (c’était la toute première présentation de ce projet qui, si j’ai bien compris, est en attente de financement), la discussion a suscité des questions qui ne sont pas sans rapports avec nos problématiques de recherche. J’en profite pour faire un petit compte-rendu de l’intervention.

Maggie Robb a commencé par retracer brièvement l’histoire de la prosopographie comme discipline. Elle fut d’abord au cœur de l’étude de la République romaine et en particulier de la Real Encyclopaedia (ci-après RE, qui fait toujours autorité), ce qui permit notamment, par l’identification de chaque personnage de l’histoire antique, l’étude des alliances aristocratiques et des familles dirigeantes. Après cette entreprise monumentale les études prosopographiques se sont focalisés sur des groupes particuliers (par exemple l’ordre équestre pour Claude Nicolet). La prosopographie est aujourd’hui passée de mode (en tout cas dans les pays anglo-saxons, je ne sais pas ce qu’il en est dans nos contrées), ayant été assimilée (je cite de mémoire) à l’étude des oncles, tantes et cousins. L’ambition de ce projet est de redonner à la prosopographie sa place dans l’étude de la République, grâce aux outils numériques qui permettent de traiter une grande quantité de données, ce qu’il était impossible d’envisager jusque là (d’où la focalisation sur des études partielles).

Le but est de créer une base de données permettant d’étudier, non plus seulement les structures internes des classes dirigeantes de la République comme cela a été le cas par le passé, mais de mettre en évidence les liens entre les « classes » sénatoriales et équestres, pour voir justement si ce sont des classes, et aussi de parler des femmes dans les relations familiales (liste non exhaustive), le tout par une comparaison des sources épigraphiques et littéraires, des sources contemporaines des personnages envisagés comme des sources plus tardives. La base devrait comprendre environ 3500 personnes.

Quant à la forme, la base de données devrait ressembler à celle de la Prosopography of the Byzantine world ou à la Prosopography of Anglo-Saxon England ; en tout cas Maggie Robb a insisté sur le fait qu’il ne s’agit pas d’une simple numérisation de l’ouvrage anglais de référence sur la question, mais d’un croisement des sources; la base serait ensuite interrogeables par famille, magistrature, date, relations, référence des sources primaires.

Elle a présenté un exemple portant sur les magistrats dont les dates d’exercice sont certaines, qui permettait de savoir, par exemple, quels tribuns avaient été consuls, ou quelles familles ont eu des consuls avant et après la guerre sociale, ou seulement après… rien que dans ces exemples préliminaires, et malgré le fait qu’il faut tempérer les résultats en fonction de la quantité de sources disponibles pour chaque période, il y a la possibilité d’exploiter une telle base de façon très intéressante.

Pour en venir à l’autorité… une des questions soulevées par la discussion a été la numérotation des personnages, qui pour l’instant est toujours celle de la RE. Je vous passe les détails d’encodage des chiffres, mais il a été demandé s’il fallait continuer à suivre cette numérotation. Il n’a pas été question, étant donné son enracinement dans les études classiques, de la supprimer de la base, mais comme le projet se veut dirigé non seulement vers le public académique, mais aussi vers un public plus large (si j’ai bien compris, cela incluait au premier chef les professeurs et les étudiants des « high schools », équivalents de notre lycée), la question a été posée de savoir si cette manière de référencer ne serait pas un repoussoir pour ce « grand public ». Il me semble, qu’une explication quelque part sur une page du site suffirait pour clarifier les choses, (d’autant que l’on trouve dans Wikisource un certain nombre de notices de la RE) d’autant que le « grand public » n’ira peut-être pas vérifier dans la RE… (la mode est visiblement, au Royaume-Uni, à la vulgarisation scientifique qui est une condition obligatoire des dossiers de demande de financement… un peu comme l’interdisciplinarité chez nous). En tout cas j’espère que l’on trouvera en clair la numérotation de la RE, notamment parce que le projet ne se veut pas exhaustif et qu’il ne pourra donc pas remplacer la somme allemande.

Toujours en ce qui concerne le rapport du projet avec les autorités précédentes dans le domaine, l’objectif n’est (malheureusement) pas de produire une sorte de nouvelle Real Encyclopaedie. C’est là qu’intervient l’épineuse question de la définition du corpus, qui a formé une part importante de la discussion, notamment autour de la place des femmes. Le critère d’entrée d’un personnage est le fait qu’il a exercé une magistrature. À ce titre, il y a des femmes, par exemple les vestales. Mais la plupart des femmes n’entrent pas dans cette catégorie, alors mêmes qu’elles sont importantes pour comprendre les liens familiaux – des études précédentes se sont focalisées, d’après la présentation, sur les lignées masculines dans les généalogies, ce qui laisse de côté une bonne partie des relations familiales d’une personne… faut-il donc les intégrer simplement comme « femmes de » ou « filles de » ? Une personne dans l’assistance trouvait que cela minorait l’aspect présenté comme original du projet concernant l’étude du rôle des femmes.

Par là, c’est le grand et inéluctable problème de la définition du corpus qui se pose. En ce qui me concerne, j’étais venue (sans avoir lu l’abstract) en espérant que les affranchis, et pourquoi par les esclaves, seraient inclus dans la base comme ils le sont dans la RE, puisque les grammairiens dont je m’occupe font partie, sauf les deux chevaliers Aelius Stilo et Servius Clodius, de ces catégories sociales. On pourrait arguer qu’ils ont leur place dans une histoire de l’élite, non pas à travers les mariages comme les femmes, mais à travers les ventes, les prêts, les passages d’un patron à un autre ; et leur place dans l’histoire de l’élite intellectuelle n’est pas négligeable. La même question se pose pour des gens pourtant importants comme Polybe, qui n’a pas exercé de magistratures (que les historiens me corrigent si je me trompe), et qui à ce titre ne peut pas entrer dans le corpus (ou alors il faut penser aux limites extrêmes de cette catégorie et considérablement agrandir le corpus, ce qui peut poser un problème de cohérence). Le problème est, comme souvent aussi, financier, puisqu’il s’agit d’un projet sur trois ans, donc avec un corpus qui, au moins dans un premier temps, se doit d’être assez réduit pour pouvoir être traité dans le temps imparti.

Pour revenir au rapport avec les autorités précédentes en la matière, quelqu’un a fait remarquer que les identifications étaient souvent conjecturales, et qu’il faudrait donc attribuer ces conjectures de façon précise. Vérifier toutes les conjecture s’avère un objectif trop titanesque pour être atteint dans un laps de temps si court, mais cette attribution permettra de les rendre plus facilement contestables – ce qui est aussi une façon de faire autorité, puisqu’une des caractéristiques de l’hypothèse scientifique est, si je me souviens de mes déjà lointains cours de philosophie, sa réfutabilité.

J’espère que ce nouvel outil recevra son financement, et qu’il pourra devenir un instrument de référence dans un délai raisonnable… la conférence a été enregistrée et devrait être disponible sous peu sur le site des digital classicists, à la page du programme 2012 (où l’on peut écouter les conférences passées).

Julie Damaggio

Doctorante de l'Université Paris-Sorbonne, prépare une thèse d'édition des fragments d'Aelius Stilo et enseigne dans un collège de l'Isère ; co-rédactrice en chef du carnet Grammaticalia.

More Posts - Website