Archives par mot-clé : Ausone

Journée d’études 21 mai 2014 « Le père, le maître et le ueteranus : relations asymétriques, entre autorité et relation privilégiée »

Nous avons le plaisir de vous inviter à notre prochaine journée d’études intitulée

« Le père, le maître et le ueteranus : relations asymétriques, entre autorité et relation privilégiée »

qui  se tiendra

 le mercredi 21 mai 2014 à l’École Normale Supérieure de Lyon (site Descartes)

en salle F04

Programme

Matinée

10h30 Introduction (Camille Bonnan-Garçon, membre du laboratoire ERAMA)

11h : Marie Dallies (École Normale Supérieure de Lyon) : « Relations professorales et rapports filiaux, de Perse à Aulu‑Gelle : les liens entre professeurs et élèves sous le Haut‑Empire romain »

11h45 Nathalie Lhostis (École Normale Supérieure de Lyon)  « Les relations père/fils dans la comédie grecque et latine

Après-midi

14h : Dimitri El Murr (Université Paris 1) : « Les lois de l’attraction : Platon et la philia. »

14h45 : Camille Bonnan-Garçon  (Université Jean Moulin Lyon 3) : « La correspondance d’Ausone et Symmaque : une relation égalitaire d’amitié au delà du clivage entretiro et ueteranus ? »

Problématique :

Horace, client et membre du « cercle » que constituent en quelque sorte les écrivains de l’époque augustéenne autour de la figure de Mécène, tout en étant conscient de l’aura politique et littéraire de son patron, ne le considère pas moins comme un ami, qui sait parfois faire oublier la distance qui les sépare, distance ambiguë que semble motiver une hiérarchie difficile à définir. C’est  l’exemple auquel on pense de prime abord lorsque l’on parle dans l’antiquité à des relations mêlant l’attachement désintéressé et une certaine hiérarchie. Cependant, en plus de l’amour et de l’amitié entre égaux, les sociabilités antiques développent de nombreux autres types de relations liant plusieurs personnes qui ne sont pas placées sur un pied d’égalité, selon une hiérarchie réelle ou supposée, prenant la forme de solidarités hiérarchisées : ainsi le maître et l’élève qu’il forme, le père de famille et son foyer, l’amant et la domina dans le cadre de l’élégie, l’éraste et l’éromène dans le domaine grec. Ces relations avaient un caractère structurant très important dans les sociétés et certaines s’inscrivaient dans un cadre juridique très précis et très strict. Mais ces relations ont également pu, dans le domaine littéraire, être de pures créations poétiques, ne renvoyant pas à de véritables hiérarchies sociales, ou même les subvertissant, ou constituer des motifs récurrents chez certains écrivains ou philosophes . Ces relations supposant une inégalité peuventelles se penser comme des relations privilégiées plutôt que comme des relations de dominants aux dominés ? Dans ces conditions, un rapport d’égalité véritable estil possible ?

affiche-asym