Axes de recherche

Figures de l’autorité

Nous nous attacherons tout d’abord à étudier certaines figures d’autorité, réelles ou fictionnelles, dans les domaines littéraire, religieux, politique, économique ou philosophique. Il s’agira de déterminer comment elles ont été construites et quels sont les éléments qui font d’elles des dépositaires d’autorité aux yeux des Anciens, et d’analyser les réutilisations et les réinterprétations dont elles ont été l’objet au cours du temps. Dans cette perspective nous aborderons les figures de fondateurs, qui occupent une place importante dans l’Antiquité, ainsi que celle, particulière, de l’auteur ; nous interrogerons également les compétences qui peuvent fonder l’autorité d’une figure, et nous réfléchirons aux processus d’hommage et de dérision à l’œuvre dans le traitement d’une figure d’autorité, générique comme particulière.

Mises en scène de l’autorité

Notre deuxième axe d’étude sera consacré aux mises en scène de l’autorité. Il s’agira d’analyser les moyens qu’ont utilisés les Anciens pour représenter leur autorité, et la manière dont ils les ont mis en œuvre. S’intéresser à sa représentation et à l’auto représentation — nous permettra d’envisager l’autorité plus particulièrement du point de vue de celui qui la possède et veut s’en assurer. Nous tâcherons alors d’étudier les objets, les gestuelles ou encore les monuments qui permettent l’affirmation d’une autorité, mais nous nous demanderons également si le choix d’une langue ou d’une autre peut intervenir dans une stratégie de légitimation.

Relations d’autorité

Il s’agira dans ce troisième axe de réflexion de prendre plus particulièrement en compte les éléments de perception et de réception de l’autorité, en nous interrogeant sur les rapports entre plusieurs autorités mais aussi entre les agents d’une autorité et ceux qui y sont soumis. Ce sera l’occasion de se demander si la relation d’autorité se définit toujours comme une domination de l’un sur l’autre, ou si elle peut s’envisager en d’autres termes (reconnaissance mutuelle par exemple), selon qu’elle est rejetée ou au contraire reconnue et admirée. Nous nous intéresserons dans ce cadre aux rapports qu’entretiennent genre (au sens de construction sociale, gender) et autorité, ainsi qu’aux relations complexes qui unissent un centre (une cité, une métropole, une capitale) et sa périphérie (son territoire, sa colonie, son empire). Nous aborderons également les formes d’autorité qui interviennent dans des relations informelles ou interpersonnelles (par exemple dans les relations d’amitié), difficiles à saisir, mais souvent essentielles au fonctionnement des sociétés anciennes.

Conflits d’autorité

Notre réflexion sera enfin nourrie par l’attention portée aux conflits d’autorité. Les confrontations auxquelles ils donnent lieu permettent en effet souvent de mieux éclairer les tenants et les aboutissants des différentes conceptions rivales. Il s’agira alors de mettre au jour ce que nous révèlent ces conflits des dynamiques politiques, culturelles ou religieuses et de la façon dont les sociétés antiques évoluent en changeant de modèles dominants.

Julie Damaggio

Doctorante de l'Université Paris-Sorbonne, prépare une thèse d'édition des fragments d'Aelius Stilo et enseigne dans un collège de l'Isère ; co-rédactrice en chef du carnet Grammaticalia.

More Posts - Website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *