Vulgarisation et partenariat avec un musée : bilan

Prenant acte d’un passage de l’appel d’offre de l’ENS de Lyon pour la création de laboratoires juniors (« L’interdisciplinarité et les actions de vulgarisation seront des  éléments forts de l’appréciation du projet. »), quelques membres de l’équipe se sont emparés de l’occasion pour présenter et défendre un projet de vulgarisation et de partenariat avec le Musée gallo-romain de Fourvière.

Nous proposions principalement un livret d’aide à la visite, qui tirerait partie des résultats des journées d’étude du laboratoire, et, dans l’autre sens de la collaboration, la tenue d’une journée d’étude dans les locaux du musée. C’est du premier point qu’il sera question dans ce billet ; le second est encore à venir.

——————

Contact pris avec le musée en mars 2013 ; enthousiasme pour notre proposition, qui correspondrait à un manque de leur côté : le service médiation ne disposait pas, en effet, de support de visite pour les familles avec enfants visitant sans guide. C’est ce public que le musée nous propose de viser, avec la perspective des Journées européennes du patrimoine (JEP) de septembre 2013, où ce type de public afflue justement dans les musées et monuments.

Malgré le manque de disponibilité des membres de l’équipe vulgarisation pendant l’été (chantiers de fouilles, séjours de recherche, etc.), nous aboutissons fin août à un livret de visite de 16 pages, comprenant différentes sections, avec textes, images et jeux. Soumis au musée, il se révèlera trop ambitieux pour le public visé, car « les gens ne lisent plus, ne savent plus rien ».

——————

 C’est à ce moment qu’apparaît une distinction que personne n’avait faite jusque là, ni au sein du laboratoire junior, ni au musée : ce que nous propositions était une action de vulgarisation, c’est-à-dire la mise à disposition du plus grand nombre (du latin vulgus, la foule) des résultats de nos recherches ; mais ce qu’attendait le musée était des travaux de médiation, c’est-à-dire des supports conçus pour que le visiteur regarde et découvre la pièce du musée précisément. Dans le premier cas, on part de résultats de recherche pour aller vers les pièces de la collection du musée ; dans le second, on part de la pièce du musée pour essayer de faire apparaître des éléments de la connaissance de l’Antiquité.

——————

 Une méprise qui n’avait donc pas facilité le travail ! Le partenariat s’est conclu dans la réalisation, en plus du livret de visite, de 7 fiches de médiation à partir des pièces du musée, qui furent présentées en off lors des JEP des 14-15 septembre 2013. Vous trouverez ces documents ainsi que quelques explications complémentaires à la visite sur ce billet.

——————

Malgré tout, cette expérience fut formatrice et intéressante pour l’équipe qui s’en est chargée, et à plus d’un titre : plan_lyon_brochure_3_dernier

  • Nous avons eu un aperçu de ce que peut être un partenariat avec une structure extérieure, ici une structure culturelle. Les enseignants et les chercheurs ont souvent l’occasion, au cours de leur carrière, de mener ce type de collaboration et sont souvent sollicités par ces structures. Elles ont un fonctionnement propre et des attentes précises, qui ne sont pas toujours celles que l’on croit.
  • Nous avons été confronté au problème du temps et des moyens pour mettre en œuvre ce projet de livret : un travail d’équipe demande un peu plus de temps qu’un travail en solitaire, même si une équipe fera avancer certains choses plus vite. À ce titre, les autres participants au projet se sont montrés particulièrement vifs et efficaces dans leurs choix et leurs propositions, ce qui nous a permis de tenir les temps. De l’autre côté, nos propositions devaient passer au crible de différents services du musée, et en dernier lieu du Conservateur lui-même, car rien ne peut être diffusé par le musée sans son accord.
  • Nous avons appréhendé la difficulté de réaliser un projet qui semble pertinent et cohérent sur le papier. Pour ce livret plus particulièrement, il s’est agi d’essayer de retrouver une cohérence entre les actions du laboratoire junior (qui ne concerne pas que le monde romain et Lugdunum) et les pièces du musée, qui sont elles aussi tributaires d’une organisation parfois incohérente. Construire un livret de visite supposait de suivre le chemin de visite traditionnelle ; mais cela n’était pas sans poser de problème pour certaines problématiques de notre livret.
  • Nous sommes toujours autant convaincus de la nécessité de vulgariser et diffuser notre recherche et sommes impatients, dans un avenir plus ou moins proche, de mener d’autres projets avec d’autres types de structure. Et cela d’autant plus que le public, au moment de la visite, semblait ravi de trouvait un medium pour organiser sa visite.

Enfin, nous remercions plus particulièrement Gwenaëlle, Anahide, Claire et Jérôme pour leur implication dans ce travail finalement couronné de succès.

Thomas Bardin et Nicolas Genis


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *