Compte-rendu : P. Brillet, “Jean-Pierre Vernant : une figure d’autorité des études classiques”

8 novembre 2012
Par

Il est plus que temps d’inaugurer la série des comptes-rendus de nos journées d’étude. Il sera ici question d’une seule intervention qui a eu lieu lors de la journée introductive — les autres suivront peu à peu. Les notes sont des ajouts, tandis que le corps du texte tente de synthétiser le contenu de l’intervention, qui pose la question de l’autorité intellectuelle, particulièrement importante pour les jeunes chercheurs que nous sommes, comme le souligne le début de l’intervention.

Tout d’abord, le résumé de l’intervention de Pascale Brillet intitulée “Jean-Pierre Vernant : une figure d’autorité des études classiques“.

En m’intéressant à l’autorité dont jouit Jean-Pierre Vernant dans les études classiques je tenterai de répondre à trois objectifs : amorcer la réflexion sur la nature et la spécificité de l’autorité intellectuelle ; identifier, à une échelle personnelle, les traits de l’autorité particulière de Vernant ; examiner enfin le paradoxe d’une autorité qui, loin de s’affirmer comme immuable, s’offre au dépassement, et émane d’un « maître de liberté », pour reprendre l’expression de Pierre Vidal-Naquet, plutôt que d’un « maître de vérité » comme l’Antiquité en a connus.

A cette fin, je referai le parcours de jeune chercheur qui fut, entre autres, le mien, depuis le moment où l’on mesure l’autorité dont jouit un savant dans notre champ d’étude, à la découverte de ce qui la qualifie, la fonde ou l’affaiblit  – qualités et histoire de la personne, caractéristiques de la pensée, choix des objets de science –, pour finir par le temps de l’émancipation.

La mesure et la conscience de l’autorité et par là de la hiérarchisation sont des compétences demandées de façon presque toujours implicite au jeune chercheur. L’étudiant, pour s’informer sur l’état du savoir, étudie les bibliographies sélectives données par ses enseignants, qui lui donnent l’image d’un réseau où certains occupent une place nodale. Cependant, les autorités scientifiques subissent aussi des effets de mode, et la présence répétée d’un nom dans les bibliographies n’implique pas nécessairement que les idées qu’il expose soient encore retenues.
Une autre compétence implicite demandée au jeune chercheur est celle de savoir décoder les mécanismes institutionnels, et savoir en particulier quels sont les postes de prestige, comme le Collège de France. Jean-Pierre Vernant (désormais JPV) réunit tous les attributs de l’autorité intellectuelle, depuis son nom cité dès le collège jusqu’aux nombreux chercheurs qui se réclament de sa pensée, et à son empreinte sur des travaux postérieurs.

Les fondements de cette autorité intellectuelle sont dans les qualités valorisées par l’université , comme l’esprit de synthèse, la qualité d’écriture, la pédagogie… mais aussi dans une qualité personnelle d’écoute qui faisait qu’on lui consentait l’autorité. Il faut lire à ce propos son article “Tisser l’amitié” dans Entre mythe et politique, un ouvrage qui regroupe des textes de JPV publiés hors du milieu scientifique, dans lequel il parle d’une éthique et d’une esthétique de la formation sociale qu’il appelle “amitié”. Il s’agit d’un partage de sensibilité, dans un cadre où l’avance du professeur est rendue compatible avec le statut des élèves, qui évoluent à la fois en direction du maître et en s’en éloignant. C’est ainsi que Pierre Vidal-Naquet l’a qualifié de “maître de liberté et non de vérité“. Il n’hésite pas à revenir sur le métier, notamment avec sa série d’articles sur le mythe des races et il incarne de manière exemplaire l’obligation de penser.

Son autorité ne repose pas que sur des paramètres universitaires : elle a pu être renforcée par son parcours de résistant et d’anticolonialiste, mais aussi obérée par sa participation au PCF jusque dans les années 1970 (ce reproche restant le plus souvent implicite chez ses détracteurs).

Son objet, le monde grec, renforce également son autorité. Cependant il ne s’inscrit pas dans l’auguste tradition philologique : il aborde l’homme grec en anthropologue. Il est en quelque sorte l’auteur d’une révolution copernicienne, car en bousculant la manière universaliste d’aborder les textes anciens, en remettant en cause leur centralité, il a modifié le statut de son objet. Pour autant, il a toujours rendu hommage à ses maîtres, Louis Gernet et Ignace Meyerson1, et se présente lui-même comme un continuateur plus que comme un fondateur. Il a cependant apporté un changement d’échelle, en décloisonnant les spécialités, en interrogeant non seulement les textes, mais aussi le contexte économique, social, politique, mental…

Ses travaux, cependant, ne font pas l’objet d’un consensus, notamment à cause de clivages politiques et institutionnels. Par exemple, il faut concrètement choisir entre psychologie et philologie pour avoir un diplôme. La légitimité de JPV est reconnue mais dans certaines conditions et par rapport à certaines limites :

  1. La première condition est de le lire, ce qui est de plus en plus difficile à cause du cloisonnement des disciplines, de l’augmentation de la bibliographie et du culte de la vitesse dans la recherche scientifique . L’œuvre de JPV est néanmoins très bien diffusée, notamment en livres de poche et en traduction : mais est-ce une cause ou une conséquence de son influence ?
  2. Il faut, pour suivre JPV, être prêt à redéfinir le statut de l’objet grec (dans le cadre d’un effondrement symbolique des études classiques, et d’une internationalisation des études grecques).
  3. Il faut suivre le raisonnement de JPV dans le cadre qui est le sien, c’est-à-dire dans le cadre des principes marxistes et notamment du primat du politique et de l’économique (il y a parfois un rejet a priori de ces principes chez les chercheurs).
  4. Il faut accepter la légitimité du parti-pris anthropologique. C’est ce point surtout qui est critiqué, car la globalité de son approche entraîne une sélection drastique des données : la grande cohérence atteinte risque d’être affaiblie par un certain défaut de précision. Le systématisme de cette méthode est critiqué : il ferait preuve d’une abstraction excessive en pliant la réalité à sa logique au lieu de lui adapter son discours.

Il y a en définitive deux possibilité de se positionner par rapport à JPV :

- Faire sans lui (attitude répandue), en contestant l’idée de pouvoir produire un discours synthétique sur ces objets. Il s’agit donc de réduire le champ pour obtenir des résultats plus limités, mais plus fiables.

- Participer aux débats qu’il a ouverts, en examinant ce qu’il a négligé, en déplaçant les points de vue… il s’agit de s’autoriser de son exemple pour s’émanciper. C’est ce choix qu’a fait Pascale Brillet. On peut encore s’appuyer sur certains points mis en place par JPV comme la “belle mort”2, la métis d’Ulysse…

Jean-Pierre Vernant lance ainsi une invitation vivifiante à se lancer dans la recherche ; l’HDR à laquelle s’apprête à prétendre P. Brillet s’inscrit dans un espoir de prolonger cet élan en l’imprimant à d’autres.

Discussion

Pour Myriam Revault d’Allonnes, l’expression “maître de liberté” exprime la quintessence de l’autorité, exercée non pas en vue de former des disciples qui reproduiront une pensée, mais pour initier à la possibilité de commencer soi-même quelque chose. Ricoeur a dit :

Je reporte sur ceux qui viendront après moi, la tâche de prendre la relève de mon désir d’être, de mon effort d’exister dans le temps des vivants.

P. Brillet rappelle que JPV dit souvent qu’il est un disciple, alors qu’il fait quelque chose de différent de ses maîtres. Il y a une tradition, mais peut-être qu’aujourd’hui on s’y inscrit volontairement (ou pas). La transmission de ce genre d’autorité se fait aussi à travers des “affinités électives”. Mais il y a aussi quelque chose de très classique dans la façon dont s’exerce l’autorité de JPV.

Dans le public, Nicolas Redoutey (doctorant, Lyon 2) évoque, en complément, la controverse entre Nietzsche et Wilamowitz sur le dionysiaque et l’apollinien. Cette controverse a des aspects personnels, car ils ont été condisciples, mais elle est liée aussi à la construction d’une science et d’une identité allemande, puisque Wilamowitz rejette le monde latin alors que Nietzsche en accepte les influences. Jean-Pierre Vernant aurait en quelque sorte réussi là où Nietzsche avait échoué (puisqu’il a fini au Collège de France, avec Jacqueline de Romilly, qui l’a battu la première fois3) ?

P. Brillet souligne qu’il a fallu l’École pratique des hautes études (l’EPHE) pour pratiquer l’interdisciplinarité. Néanmoins, les chercheurs de l’”école” de Vernant ne sont pas centraux dans l’institution en France. Au contraire, aux États-Unis, depuis une trentaine d’années, ce type d’approche est trèen vogue. Il faut relier cela au sort de Derrida ou Foucault qui ont “débordé” l’institution française et fait école surtout outre-Atlantique.

[1] Lire par exemple sur Persée l’article écrit par JPV lors de la disparition de Louis Gernet. Concernant Ignace Meyerson, on peut aller voir le colloque d’hommage qui lui a été dédié en janvier 2006 et lire cet article de Dominique Ducard qui détaille son projet de psychologie historique.

[2] On peut lire en intégralité sur Google Books son article intitulé “La belle mort et le cadavre outragé” (1982).

[3] Sur les différences de conceptions entre Vernant et Romilly, on peut voir pour commencer cet article du Nouvel observateur paru à l’occasion du décès de la seconde le 18 décembre 2010 (rappelons que le premier est décédé le 9 janvier 2007).


Julie Damaggio

Doctorante de l'Université Paris-Sorbonne, prépare une thèse d'édition des fragments d'Aelius Stilo ; actuellement ATER à l'Université Lyon 2, elle y enseigne le latin et le grec, et est co-rédactrice en chef du carnet Grammaticalia.

More Posts

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , ,

Posté dans : Billets, Comptes rendus

2 commentaires pour “ Compte-rendu : P. Brillet, “Jean-Pierre Vernant : une figure d’autorité des études classiques” ”

  1. Julie Damaggio le 06/02/2013 à 17:20

    On peut désormais trouver sur notre site un compte-rendu général de la journée d’introduction (par Gwénaëlle Hubert), à cette page .

  2. [...] Il est plus que temps d'inaugurer la série des comptes-rendus de nos journées d'étude. Il sera ici question d'une seule…  [...]

Laisser un commentaire


Carnets de recherche